Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 18:30
medium-DSCN2672-Medium--2.jpg

En janvier 1760, Christophe-Philippe Oberkampf, né le 11 juin 1738 à Wiesenbach en Allemagne, mort le 6 octobre 1815 à Jouy-en-Josas (aujourd'hui dans les Yvelines), était un industriel allemand naturalisé français.Il s’installe à Jouy-en-Josas.
Il choisit ce lieu situé près de Versailles et de sa Cour, en bordure de la Bièvres, cours d’eau qui alimente déjà la célèbre Manufacture des Gobelins, il imprime le 1er mai 1760, dans sa maison du pont-de-Pierre, sa première toile dite « de Jouy ».
La fabrication se fait de main d’ouvrier, celui-ci utilise l’impression « à la planche ». La technique consiste à reproduire sur une toile tendue, un motif gravé sur un bloc de bois, souvent en poirier. L’ouvrier, après avoir encré sa planche sur un tamis, l’applique sur la toile avant de se déplacer pour reporter le dessin plus loin. Afin d’obtenir plusieurs couleurs dans un dessin, il faut autant de planches gravées que de couleurs désirées. Oberkampf perfectionne cette gravure à la planche en y incrustant de fines lamelles de cuivre qui épousent les lignes du dessin, ainsi la qualité et la finesse d’impression des feuillages et arabesques sont améliorées.
Peut-être par reconnaissance pour son frère, Fritz installe à Jouy-en-Josas la première machine à la planche de cuivre gravé, copie de celles qu’il avait vues en Suisse. La gravure sur cuivre en taille douce, grâce à la finesse du trait, permet l’exécution plus aisée de tableaux et personnages. Le 19 juin 1783, par lettres patentes, le roi Louis XVI confère à l’établissement le nom de Manufacture Royale avec tous les privilèges attachés à ce titre. Quelques années plus tard, en mars 1787, Oberkampf reçoit ses lettres de noblesse. D’importantes commandes permettent à Christophe-Philippe d’agrandir la Manufacture et de construire sur les plans dressés par l’architecte Toussaint Barré, un bâtiment de 110 m de long, sur trois étages. Toutes les chaines de fabrication peuvent ainsi être réunies. L’importante production occupe en 1805 un total de 1322 personnes. Jouy comptait alors 1700 habitants. Cette année-là, on imprime 1.725.000 francs.  Le 20 juin 1806, Napoléon détache sa Croix de la Légion d’Honneur et l’épingle sur la poitrine d’Oberkampf. En 1813, la Manufacture ne conservera que 810 ouvriers.
Les anxiétés de l’occupation prussienne, la Manufacture désertées influent sur la santé de Christophe-Philippe.Une attaque de goutte suivie de « fièvre pernicieuse » le diminue. Il s’éteint sans souffrance le 4 octobre 1815 dans sa maison, l’actuelle mairie de Jouy-en-Josas, à l’âge de 77 ans après avoir travaillé 55 ans dans sa Manufacture. Celle-ci, après différentes péripéties, fermera définitivement le 19 juin 1843.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick R. Nastro - dans MONUMENTS-ARTS-LIEUX-SOUVENIRS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick R. Nastro
  • Le blog de Patrick R. Nastro
  • : Bienvenue au pays de Napoleon et de ses contemporains, vous apprendrez surement bien des choses interressantes sur les empereurs Napoléon Ier et Napoléon III et sur la famille Bonaparte, de ce qu'il reste de ces empires Français au XXIème siècle...
  • Contact

Profil

  • Patrick R. Nastro

Recherche

Archives

Liens