Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 16:07

lodi.jpg

cat4.jpg

La bataille du pont de Lodi oppose, le 10 mai 1796 (21 floréal an IV), l’armée d'Italie du général Bonaparte aux armées coalisées commandées par le général Sebottendorf, pour la prise du pont de Lodi sur l’Adda. Elle conclut de manière victorieuse la deuxième partie de la campagne d’Italie.
Bonaparte surprend tout le monde par son début de campagne : il sépare les armées autrichienne et piémontaise, et bat cette dernière, forçant le royaume de Piémont-Sardaigne à conclure une paix séparée. Il trompe ensuite le général Beaulieu en franchissant le Pô à Plaisance alors que celui-ci l’attendait 80 km plus en amont. Beaulieu réussit néanmoins à éviter d’être tourné et à franchir l’Adda. Quand Bonaparte y parvient, il n’y trouve que l’arrière-garde commandée par Sebottendorf, qui cherche à détruire le pont.
Le général Sebottendorf a rangé ses soldats sur deux lignes : trois bataillons au débouché du pont appuyés par les canons, cinq autres en arrière avec la cavalerie.
L'armée française qui arrive sur l'autre rive commence par établir ses canons le long de la rive, de manière à empêcher les sapeurs autrichiens de faire sauter le pont.
Bonaparte envoie Kilmaine chercher un gué au sud, et Beaumont au nord, avec leurs cavaliers. Si tout va bien, ils déboucheront dans deux heures à droite et à gauche des Autrichiens, forçant la décision.
Vers dix-sept heures, apercevant le gros de la division Masséna qui s'approche en arrière de Lodi, Bonaparte parcourt les rangs. Il s'agit de convaincre ces fantassins qui ont marché depuis six heures du matin de courir sous le feu vers l'autre rive, avec une chance sur trois d'arriver vivant de l'autre côté.
Les Savoyards sous les ordres du chef de bataillon Dupas, commandant le 2e de carabiniers, reçoivent la mission d'être les premiers à franchir le pont. Les Autrichiens retiennent leur feu puis tirent à mitraille sur les premiers qui s'engagent. Beaucoup tombent mais les tirs ont fait de la fumée. Habitués aux torrents de la montagne, les Savoyards ont remarqué que la profondeur du fleuve diminue d'un coup. Ils se glissent dans le flot rapide et débouchent du pont en hurlant. La première ligne autrichienne cède.
Au moment où la deuxième ligne contre-attaque, les cavaliers français qui ont fait le tour chargent. La cavalerie napolitaine ne peut que protéger la retraite des Autrichiens à dix-neuf heures.
Bonaparte entre à Milan, capitale de la Lombardie, quelques jours plus tard. Après avoir conquis le Piémont, l’armée française s’empare de la Lombardie, et élimine une armée de l'empereur d'Autriche.
Cette bataille a donné son nom à une rue du 6e arrondissement de Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick R. Nastro - dans LES BATAILLES NAPOLEONIENNES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick R. Nastro
  • Le blog de Patrick R. Nastro
  • : Bienvenue au pays de Napoleon et de ses contemporains, vous apprendrez surement bien des choses interressantes sur les empereurs Napoléon Ier et Napoléon III et sur la famille Bonaparte, de ce qu'il reste de ces empires Français au XXIème siècle...
  • Contact

Profil

  • Patrick R. Nastro

Recherche

Archives

Liens