Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 20:01

La bataille de Talavera ou de Talavera-la-Reina, est une sanglante bataille de la campagne napoléonienne d'Espagne, qui se déroula les (27 et 28 juillet 1809 au sud-ouest de Madrid
Après avoir chassé du Portugal l'armée française du maréchal Soult, les 20 000 hommes des troupes britanniques du général Arthur Wellesley avancent en Espagne pour faire leur jonction avec les 33 000 espagnols du général Cuesta. Ils remontent la vallée du Tage jusqu'à Talavera de la Reina, à 115 km au sud-ouest de Madrid. Là, ils rencontrent 50 000 Français commandés par le maréchal Victor et le général Sebastiani, sous le commandement du roi d'Espagne, Joseph Bonaparte. Les forces alliées combinées ont une splendide opportunité de défaire le corps d'armée de Victor en avant-garde à Talavera, mais Cuesta refuse obstinément de combattre un dimanche, offrant ainsi aux Français l'occasion de s'échapper.
Le jour suivant, le 26 juillet, ayant raté sa meilleur chance de victoire, Cuesta lance son armée après Victor, perdant l'affrontement avec l'armée française, maintenant dirigée par Joseph Bonaparte, qui a reçut des renforts. Les Espagnols battent précipitamment en retraite. Plusieurs bataillons britanniques sont nécessaires pour les couvrir. Arthur Wellesley manque d'être capturé par la cavalerie française. La nuit, une patrouille de dragons français hante les abords du campement de l'infanterie espagnole. Dix mille d'entre eux ouvrent le feu simultanément dans une des plus grande salve tirée pendant les guerres napoléoniennes. Paniqués par leur propre feu, les Espagnols s'enfuient, ne jouant pratiquement aucun rôle dans la bataille du jour suivant.
Les Français traversent l'Alberche à 15 heures le 27 juillet. A 17 heures, ils attaquent la droite des Espagnols et la gauche des Britanniques. Une colline est prise, perdue et reprise jusqu'à ce que les Britanniques la tienne fermement. À l'aube du 28 juillet, les Français les attaquent encore afin de reprendre la colline, mais sont repoussés. La canonnade se prolonge jusqu'à midi, où une trêve de deux heures est déclarée. A 14 heures un feu nourri démarre en prélude à quelques escarmouches entre infanterie et cavalerie. Vers 17h30-18 heures, un engagement majeur repousse les Français. La canonnade continue dans la nuit. À l'aube du jour suivant, les Français se retirent, laissant leurs blessés et deux brigades d'artillerie sur le champs de bataille.
Les Britanniques ont supportè le plus gros de cette bataille âprement disputée. Ils perdent 5 000 hommes, alors que les Espagnols n'en ont perdu qu'un millier. Les Français comptent 7 390 morts ou blessés. Un grand nombre des blessés des deux côtés meurent brûlés vifs quant l'herbe sèche prend feu.
Afin d'éviter un conflit immédiat avec l'armée du maréchal Soult qui s'avance, Arthur Wellesley bat en retraite jusqu'à
Lisbonne, laissant plusieurs milliers des ses blessés sous la protection de Cuesta. L'Espagnol les abandonne peu après. Ils sont récupérés par les Français. Ce fait altéra la confiance entre Britanniques et Espagnols pour le reste du conflit.
Bien que les Espagnols se soient engagés à fournir des vivres à leurs "alliés" à leur entrée en Espagne, non seulement ils ne tiennent pas parole, mais menacent de pillage toute ville qui leur vendrait des provisions. Les Britanniques, forcés de poursuivre leur retraite jusqu'au Portugal, ne leur firent plus jamais confiance.
Après cette bataille Arthur Wellesley fut nommé vicomte de Wellington de Talavera.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick R. Nastro - dans LES BATAILLES NAPOLEONIENNES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick R. Nastro
  • Le blog de Patrick R. Nastro
  • : Bienvenue au pays de Napoleon et de ses contemporains, vous apprendrez surement bien des choses interressantes sur les empereurs Napoléon Ier et Napoléon III et sur la famille Bonaparte, de ce qu'il reste de ces empires Français au XXIème siècle...
  • Contact

Profil

  • Patrick R. Nastro

Recherche

Archives

Liens