Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 18:49

L'expédition de Walcheren (30 juillet - 10 décembre 1809) est une opération militaire britannique des guerres napoléoniennes, composée d'une série d'opérations en Zélande en 1809. Dans la plus importante attaque de cette année, environ 40 000 soldats, 15 000 chevaux avec l'artillerie traversent la mer du Nord.
Le but de l'opération est d'attaquer la base navale d'Anvers controlée par l'Empire français, et fournir ainsi une diversion pour aider les Autrichiens (qui viennent de perdre la bataille de Wagram).
Le 29 juillet 1809, une flotte anglaise composée de 22 vaisseaux de ligne et de 120 autres bâtiments de guerre faisant voile au nord de l'île de Walcheren est signalée au général Monnet.
Le système de défense qu'adopte le gouverneur en cette circonstance est inappropriée, il n'oppose en effet à l'ennemi qu'une faible partie des troupes sous ses ordres, et ne peut empêcher le débarquement de 18 ou 20 000 Anglais.
Du 3 au 8 août, les Britanniques construisent leurs batteries devant Flessingue et retranche sa ligne de contrevallation. En le laissant approcher de la place presque sans résistance, le général français commet ainsi une faute capitale dont les Anglais sauront tirer parti.
Le 13, au matin, ils démasquent 6 batteries armées de 14 mortiers, 16 obusiers et 10 pièces de canon de 36. Le feu est entretenu pendant deux jours et deux nuits. Une grande quantité de fusées à la Congreve est jetée sur la ville. Dans la matinée du 15, le feu des assiégeants recommence avec la même intensité, alors que du côté de la place on ne lui réplique que très mollement. L'incendie se déclare dans plusieurs quartiers à la fois. Pensant avoir fait tout ce que lui commandait l'honneur, le général Monnet ne soutient le siège que seize jours, et capitule le 15 août.
La garnison obtient les honneurs de la guerre, mais est faite prisonnière pour être conduite en Grande-Bretagne, au grand désespoir de la troupe, bien loin de s'attendre à cette condition. Lorqu'elle manifeste la résolution de se défendre, il n'est plus temps : déjà les Anglais occupent les portes.
4 000 hommes mettent bas les armes et sont conduits à Veere pour y être embarqués immédiatement. Lord Chatam ne voulut pas même en excepter les généraux et les officiers.
Avant de capituler, il reste encore au gouverneur un moyen énergique. Il a sous ses ordres le général Pierre-Jacques Osten, un Flamand dont les Anglais ont apprécié la bravoure et la résolution.
Le général Pierre-Jacques Osten combat avec la plus grande bravoure à la tête d’une poignée d'hommes ; mais il succombe, accablé par le nombre, et est contraint de se rendre. Après lui avoir publiquement témoigné de son estime pour sa conduite militaire, Lord Chatam le faire embarquer pour l’Angleterre. Osten après avoir brisé ses fers, se sauve sur une barque ouverte et rejoint les côtes de France.
Le 7 septembre suivant, il ne reste pas un seul vaisseau anglais en face de la ligne de défense, si puissamment organisée par l'amiral français Missiessy.
Bourke se porte en toute hâte à Anvers, où il rentre à la tête de sa brigade, le 15 novembre 1809 dans le fort de Bath, et à Flessingue, le 15 novembre suivant.
Il résulte des débats qui ont eut lieu dans les deux chambres du parlement anglais, que cette expédition, aura coûté à l'Angleterre 7 000 hommes et 3 millions de livres sterling.
Le coup de main de Flessingue préoccupe vivement l'Empereur, et lui cause un vif mécontentement. En 1811, il se rend lui-même inspecter l'escadre de l'Escaut. Il soumet les circonstances du siège à un conseil d'enquête qui se prononce contre le général Monnet.
Un conseil de guerre, saisi de l'affaire, déclare Monnet coupable de lâcheté et de trahison, et le condamne à mort par contumace.
Ce général rentre en France, en mai 1814, au retour des Bourbons et fait appel de ce jugement devant Louis XVIII.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick R. Nastro - dans LES BATAILLES NAPOLEONIENNES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick R. Nastro
  • Le blog de Patrick R. Nastro
  • : Bienvenue au pays de Napoleon et de ses contemporains, vous apprendrez surement bien des choses interressantes sur les empereurs Napoléon Ier et Napoléon III et sur la famille Bonaparte, de ce qu'il reste de ces empires Français au XXIème siècle...
  • Contact

Profil

  • Patrick R. Nastro

Recherche

Archives

Liens